Martina Benazzi

 

 

Approche systémique

L’approche systémique est née de la tentative d’aborder le patient dans son contexte interpersonnel.

Sans négliger le niveau individuel, l’approche systémique comprend la problématique du patient par les relations qu’il entretient avec les différents systèmes dans lesquels il évolue.

Ces systèmes sont sa famille, son milieu professionnel et social ainsi que la société dans lequel il vit.

L’approche systémique postule que le patient est influencé à la fois par ses intentions, celles des autres et du système dans lequel il évolue.

Dans la thérapie systémique, le problème psychologique est considéré comme un symptôme du dysfonctionnement du groupe, bien souvent la famille. Le contexte de vie actuel du patient, sera utilisé par le psychothérapeute afin de résoudre la problématique. Notons que la psychothérapie systémique interactionnelle peut se faire autant en individuel qu’en groupe comme c’est le cas en thérapie familiale.

Bien que l’approche systémique interactionnelle regroupe plusieurs écoles de psychothérapie, on peut tout de même faire ressortir certaines pratiques communes.

Le but du psychologue systémique est d’amener un nouvel équilibre chez une personne ou un système dit dysfonctionnel.

Le  thérapeute systémicien ne se prétend pas neutre, il s’implique, il estime faire partie de ce nouveau système particulier créé par la rencontre thérapeute-patient ou thérapeute-couple ou encore thérapeute-famille. De par sa présence il sait qu’il en change des comportements, des façons d’être, de parler, et sait qu’il entre lui-même en résonance particulière avec son ou ses patients (il peut être ému, irrité, impatient, sceptique, troublé, etc…).
Il ne prétend pas être objectif, il peut même exprimer un conseil ou une suggestion mais garde à l’esprit l’objectif du patient, son autonomie, sa personnalité propre. Son point de vue différent lui permet de recadrer l’histoire qu’on lui raconte, lui donner un angle de vue qui éclairera peut-être autrement le patient et lui donnera des nouvelles clés pour comprendre.
Il arrive que le thérapeute se double d’un co-thérapeute, face à un couple ou bien une famille afin de se superviser mutuellement et mieux repérer les blocages du systéme .

Pour ce faire, il utilisera les ressources personnelles et relationnelles des personnes en vue d’une découverte des nouvelles manières de fonctionner.

Il s’agit donc d’une approche «active» centrée sur le changement concret par le biais de recherches de solutions nouvelles.

Dans l’approche systémique, le psychologue s’intéresse à la façon dont les problèmes se manifestent dans le présent en rèlation au passé.

Le passé est vu comme un ensemble d’apprentissages se reflétant et définissant l’identité du patient ici et maintenant.

Les origines de l’approche systémique remontent aux travaux de Gregory Bateson (années 1952 à 1962) et et à ceux de Paul Watzlawick et ses collègues du Mental Research Institute créé en 1962 à Palo Alto. Ces travaux seront approfondis et dèveloppès par ceux de Heinz Von Foerster, Francisco Varela et Humberto Maturana en 1994 concernant notamment les approfondissements épistémologiques sur la cybernetique du dèuxième ordre.

L’approche systémique prend ses racines dans une réaction à l’individualisme du courant psychanalytique prédominant dans les années 1950.

Elle amène une nouvelle façon de voir la maladie mentale et la souffrance psychique comme résultant d’un système interpersonnel dysfonctionnel plutôt que d’une pathologie individuelle. L’approche systémique se fonde sur la combinaison de la théorie générale des systèmes, de la théorie de la communication et de la cybernétique de second ordre.